Barbara

 

Meilleur.

Comme un chemin de croix.

 

Ce n’est pas une utopie de prendre soin de son assiette, de son verre et surtout de son estomac !

 

 

Barbara

 

Son cépage préféré est le chenin et la Loire reste sa Région de prédilection. Aime à dire que tout comme Obélix, elle est tombée dans la marmite toute petite !

 

une marmite de gourmandise…

 

Auprès de son père, Bernard Girard, caviste renomé à Poitiers pendant 20 ans, elle vadrouille dans les vignobles, découvre, apprend. Elle fait son palais, enregistre, écoute. Elle goûte sans relâche, toujours en quête de nouveautés et plonge dans l’univers des vins naturels comme on entre en religion ! Une vocation est née. Le premier vin naturel goûté fut une révélation, un questionnement… C'était en 1997 et c’était un Faugères de chez Barral.

 

Danseuse au Conservatoire National Supérieur de Paris, elle se rêvait ballerine. 2cms de trop lui font rater l'entrée au corps de Ballet de l'Opéra et claquer la porte du classique pour le contemporain. Pendant 5 années elle parcourt l'Europe et danse. Nuit et jour,auprés des plus grands. Béjart, Serge Golovine, Jeannine Charrat, Tessa Beaumont, Redha... jusqu'à la blessure et l'arrêt imposé. C'est la vie qui tricote le destin. Qu'importe il faut rebondir, vivre, manger, respirer. Naturellement elle revient à Poitiers, auprés de son père, et du vin.

 

Au fil des années et des rencontres, elle approfondit ses connaissances en produits. Toujours plus pointue, plus exigeante, voir intransigeante sur la qualité et la façon de faire. Ne pas manger de fraises en janvier, bannir les produits industriels, privilégier les producteurs locaux, respecter les saisons, moins manger mais mieux. Meilleur. Comme un chemin de croix.

 

Ce n’est pas une utopie de prendre soin de son assiette, de son verre et surtout de son estomac !

 

Pas pour autant bio extrémiste ou soixante huit trop tard !!!... le baba coolisme n’étant pas son truc ! Pas Ayatollah pour deux sous, elle n'a pas de mission divine mais s’énerve facilement contre cette mode du bio à tout va, y compris dans les grandes surfaces qui surfent sur la vague et vendent leurs produits la peau des fesses…du sans gluten ou des graines comme repas !

 

Barbara croit que les bons gestes ont pu sautés une génération, disparus au profit de la surconsommation, mais pense qu’il faut aborder tout cela avec simplicité et gourmandise.

 

" on me dit que je suis une priviliégée, que c'est un luxe de bien s'alimenter. J'ai choisi le goût. Bien manger n'est pas une affaire de sous, mais de temps et d'envie. Aujourd'hui on a déplacé nos priorités. Tout est axé sur le loisir, posséder le téléphone à la dernière mode, des écrans plats dans toutes les pièces et surfer sur les réseaux soxiaux toute la soirée. Retrouvons nos cuisines ! Il faut prendre le temps et l'envie de cuisiner, arrêter d'ouvrir des barquettes à glisser dans le micro ondes ..."

 

 

Pour Elle, les plats naissent au Marché, de l'imagination et de l'imaginaire des senteurs, des couleurs. Les matières s'apprivoisent et s'entremèlent, les intuitions prennent forme, le chao s'organise.

 

Le produit est ROI. Il est vénéré, choyé, adulé, protégé.

 

Les plats se construisent au gré des humeurs, des envies et des saisons.

 

La cuisine est une histoire universelle, sans langue, sans religion, sans tabou. Elle s'explore par des chemins de traverse, de ceux que l'on explore sans fin, avec passion, humilité et discrétion.

 

Barbara aime les histoires. Les raconter et surtout les écouter. Pour elle, la gourmandise est une histoire sans point final...

© 2016 Scåndi'Flø Entertainment®. Tous droits reservés